Paris nouée par les angoisses

En 2014, l’actuelle maire de Paris s’engage pour “une ville plus agréable à vivre”. Qu’en est-il cinq ans plus tard ? Les réalisations de la Ville de Paris sont-elles à la hauteur des objectifs écologiques affichés et des enjeux climatiques ? 

Sur les grands thèmes, Novo Ideo a confronté les ambitions de la municipalité sortante aux concrétisations de la mandature écoulée. Il s’agit de notre #ECOLOBAROMETRE. Notre état des lieux est assorti pour chaque item de “cartons” (vert, orange, rouge). Notre think tank propose enfin quelques pistes de travail écologiques pour Paris, en s’inspirant parfois de réussites, en France ou à l’étranger.

Troisième épisode de notre série : la tranquillité publique. Est-il possible de répondre à ce droit fondamental sans taper en touche sur l’inextricable empilement des compétences en matière de sécurité ?

Notre appréciation globale sur la tranquillité publique : carton rouge!

Depuis 2015, l’insécurité à Paris est nourrie par la forte hausse des atteintes volontaires à l’intégrité physique et aux biens. Retranchée dans un premier temps derrière un discours sur « l’incompétence », la Ville de Paris réclame désormais davantage d’effectifs dans les quartiers tout en créant (tardivement) une véritable police municipale

Fin 2018, le département de la sécurité compte environ un agent pour 2039 habitants contre environ un pour 1200 à Lyon ou Toulouse

L’hospitalité de l’espace public est au coeur des échéances municipales tant il mêle toutes les questions qui associent Paris à l’idée de vie difficile. Quelque chose s’est noué et qui relie dans la vie de toutes les catégories de Parisienn-es les micro-incivilités, les délits, les crimes. Dans tous les quartiers, à commencer par les plus populaires, l’augmentation des niveaux de violence et d’agressivité est en tête des préoccupations.

40% des habitants du nord de Paris ont le sentiment d’être moins en sécurité qu’ailleurs

Quelques enjeux

Les données de ces derniers mois s’inscrivent dans une tendance amorcée depuis 2015.

Plus de 35 000 agressions de janvier à septembre 2019

Les atteintes volontaires à l’intégrité physique ont augmenté de 9 % à Paris intra-muros. Les rixes sur la voie publique ont augmenté de 8,3% entre 2018 et 2019.

Selon les chiffres concernant les évolutions entre 2018 et 2019 présentés aux maires d’arrondissement et révélés le 28 octobre par Le Figaro, les atteintes aux biens ont globalement augmenté de plus de 13% à Paris, passant de 159.000 à plus de 180.000.

Les vols de deux-roues ont augmenté de 17,1% et les vols à la roulotte de 8,4% à Paris.

Les cambriolages de résidences principales ont augmenté de 7,2%. Certains arrondissement sont particulièrement touchés 42,5% de hausse dans le 12e et 47,1% dans le 18e. Seuls certains arrondissement voient ponctuellement une amélioration : diminution des vols de 25,9% dans les 14e et 19e arrondissements et de 14% dans le 20e. Les taux d’élucidation progressent également en lien avec le démantèlement de “filières professionnelles”.

Éléments de bilan

La maire avait annoncé début 2019 contre l’avis d’une partie de sa majorité la création d’une police municipale à Paris, en phase de préfiguration depuis fin 2018. Ses agents ne seront pas armés mais dotés (pour certains) de bâtons de défense et de bombes lacrymogène ou de sonomètres. Ils bénéficieront d’un gilet tactique multi-poches en plus de leur gilet pare-balle.

Selon la présentation des missions faite en juillet 2019 par la Ville de Paris (VDP), ils seront en charge de :

  • garantir la propreté des rues, en sanctionnant des infractions comme les jets de mégots, les épanchements d’urine ou encore le dépôt sauvage d’ordures ;
  • veiller à la tranquillité publique, notamment en localisant et verbalisant les sources de  nuisances sonores ;
  • protéger les citoyens sur l’espace public en particulier au cours de leurs déplacements en faisant respecter les voies de bus et les pistes cyclables, en verbalisant les stationnements gênants sur les trottoirs. demanderont aussi  la mise en fourrière des engins mal garés, dont les trottinettes. 

Les effectifs du Département sécurité de la mairie qui ne comptait que 1000 agents en 2014 (soit environ 2039 habitants pour un agent fin 2018  contre environ 1200 pour Lyon ou Toulouse) ont été triplés, auxquels ont été rattaché 1 200 agents de surveillance de Paris (“ASP”) auparavant placés sous l’autorité de la Préfecture de police. Avec l’arrivée de 200 nouvelles recrues en cours, le service comptera 3400 agents d’ici à la fin de l’année 2019. 

Ces effectifs ne sont pas dotés des prérogatives des policiers municipaux ce qui limite leur possibilité de verbalisation. Conscient de la nécessité de “remettre des effectifs dans les quartiers”, l’Hôtel-de-ville a tardé a proposé, il y a quelques jours l’extension de leurs pouvoirs en première lecture au sénat, en vain. Concrètement, le Préfet de Police demeure l’autorité principale en matière de sécurité et les plaintes seront toujours enregistrées par la police nationale dans les commissariats parisiens.

En 2019, le coût du nouveau dispositif est évalué selon les services de la VDP entre 1 et 1,5 million d’euros pour les équipements (gilets tactiques, terminaux portatifs, rampes lumineuses pour les voitures, etc.) et 2 millions d’euros pour la masse salariale. On le rapprochera d’une part du budget de la propreté qui peut être rattaché à la politique de tranquillité publique. Selon l’Inspection générale de la VDP, cela représente 80 millions d’euros qui comprennent les actions de lutte très ciblées (dégraffitage, désaffichage, remise en état de mobiliers urbains…) et les ressources consommées pour la médiation et la verbalisation (près de 50 millions). 

Comment progresser

La création tardive d’une force de police municipale à laquelle EELV est opposée, préférant pour l’espace public “réquisitionner les gardiens de square ou des médiateurs” permettrait à Paris de se doter du même instrument que  la plupart des métropoles européennes. A l’image de Londres avec le Neighbourhood Policing ou à Milan avec les Vigile di Quartiere, qui sont des polices de quartier. Ces polices peuvent avoir un rôle de de répression mais le coeur de leur  mission est de faire remonter les demandes de sécurité des habitants et de résoudre les problèmes quotidiens – y compris au Royaume-Uni pour faciliter et détendre les relations entre habitants et Metropolitan Police.

L’Inspection Générale de la VDP émet un certain nombre de recommandations pour agréger les données dans un SIG qui facilite l’aide à la décision. Pour dépasser les débats sans fin sur les compétences, le passage d’une force municipale de la tranquillité sous hiérarchie unique, territorialisée dans les arrondissements, regroupant les effectifs de la BIP, de la médiation, de la prévention, du CDN serait un progrès.

Enfin, l’interface entre la population et cette police municipale sera un aspect central de son succès. Il conviendrait notamment de définir une ligne téléphonique efficace et coordonnée avec les autres services d’urgence, de préférence complétée par un système par SMS comme la plupart des polices métropolitaines l’ont mis en place.

Selon quelle doctrine d’intervention ?

En attendant un positionnement plus adapté, nous proposons d’adopter celui du « Community Policing » à l’image du modèle qui a donné le plus de résultats à NYC. L’approche n’est pas de se focaliser sur la criminalité et les dommages faits aux biens, mais de maintenir l’ordre dans les espaces publics et dans les lieux les plus en lien avec les services municipaux. La police municipale réagirait ainsi aux comportements inciviques et illicites comme l’ivresse publique manifeste et la consommation  de drogue sur la voie publique, les jets d’urine en public, la mendicité agressive, le stationnement dans les halls d’immeuble, plutôt que de les ignorer au motif qu’elles ont des affaires plus importantes à traiter.

Deux autres éléments à importer de ce modèle : 

  • la transversalité des forces engagées pour favoriser une approche collaborative des problèmes de terrain ;
  • un déploiement géographique d’assez longue durée pour que s’établisse une relation de confiance et de responsabilité entre les citoyens et la force de police locale.
Pour quel effet ?

Un élément marquant de la politique de sécurité à Paris est la faible lisibilité de l’action de toutes ses parties prenantes et l’absence de chiffres publics et consensuels, discutés sur le temps long. 

A NYC, une ou deux fois par semaine, tous les hauts gradés de la police de New York (le fameux NYPD : « New York Police Department ») sont convoqués au siège de l’organisation pour rendre compte au chef de la police lui-même. Ces réunions ont pour nom « réunion Compstat ». Le Compstat est un outil informatique qui compile toutes les informations pertinentes sur la criminalité et l’activité de la police dans chaque district de New-York et les traduit sous forme de graphiques et de cartes. Ainsi, tous les responsables de la police new-yorkaise peuvent visualiser presque en temps réel où en est la criminalité dans leur secteur.

Un des critères de succès établis dans les expériences de community policing est un retour d’expérience rapide et une évaluation en continu de la qualité de la relation entre la force municipale et les citoyens. Ce cadre permet de garantir aux éléments sur le terrain une meilleure prise de décision et davantage de responsabilisation. L’organisation parisienne pourrait intégrer un plan de formation continu et un compte-rendu régulier de ses actions au Conseil de la Ville, ou même directement aux Parisien-nes. 


A NYC, chaque semaine, tous les hauts gradés de la police de New York sont convoqués au siège de l’organisation pour rendre compte au chef de la police et visualiser où en est la criminalité dans leur secteur

Méthodologie

Notre comité scientifique est composé d’un professeur des universités, d’une architecte-urbaniste, d’un professeur et consultant paysagiste, d’un consultant sur les mobilités, de deux élus municipaux de la majorité et de l’opposition, ainsi que d’un Haut fonctionnaire. Cette enquête a fait l’objet d’un questionnaire transmis au cabinet du Premier-adjoint de la Mairie de Paris (9 septembre 2019), sans réponse. Le texte « Paris qui ose » est retenu comme base des engagements de la municipalité en 2014.

Vers « la nouvelle colo »

Quatre millions d’usagers des « colonies » dans les années soixante contre un million aujourd’hui. Une décennie nous sépare peut-être de leur quasi-extinction. Paradoxe de notre époque. Un enfant sur trois ne part toujours pas en vacances. Les pouvoirs publics s’émeuvent. Il s’agit de remettre en priorité le mélange de la population. Avec la reprise de l’objectif de « brassage social » prôné par le rapport Ménaouine, un service universel et obligatoire va être créée. Comment relancer une dynamique de la « colo » par nature fondée sur le volontariat ?

25%

des enfants ne partent pas en vacances dont 34% des enfants de parents ouvriers (source : Observatoire des inégalités)

Cette expérience des « jours heureux » empruntée par des générations, elle s’est scellée dans le compromis d’après-guerre. Noué par des forces politiques, syndicales et religieuses aujourd’hui en crise. Il a été le ciment de séjours pensés par des adultes « dans l’intérêt éducatif de l’enfant ». La médiatisation d’accidents aidant, les années quatre-vingt ont vu entrer en concurrence d’autres impératifs. Ceux liés à la sécurité et à son cortège de normes. Les conditions structurelles de l’offre ont été bouleversées.

La spirale inflationniste des coûts a également précipité la concentration des entreprises du secteur d’autant plus tournées vers des « segments » que le marché se rétrécit

La hausse des coûts a évincé les opérateurs artisanaux et les collectivités. Ces dernières se sont débarrassées massivement de leurs centres, saisonniers et budgétivores. Cette spirale inflationniste a également précipité la concentration des entreprises du secteur. D’autant plus tournées vers les « segments » que le marché se rétrécit. Depuis vingt ans, de 30 000 unités par année avec un décrochage plus brutal depuis 2015. Le mouvement de spécialisation vers des publics « à plus forte marge » s’est donc accéléré. La machine à les séparer également. Du « haut de gamme » spécialisé, accessible aux familles aisées, jusqu’aux séjours généralistes, fortement subventionnés.

« Pour les pauvres ».

Un enfer pavé de subventions publiques a facilité ce séparatisme estival. Entre les « politique de la ville » et les « personnes handicapées », les « filles » et les « garçons », les « riches » et les « pauvres ». Entre ces niches, la classe moyenne disparaît des statistiques de la fréquentation. Sa progéniture ne joue plus le rôle d’incubateur démocratique.

« Des projets de territoire : loin des destinations les plus prisées et les plus coûteuses, pourquoi ne pas les aider à rénover 1000 lieux ?  » (photo d’un centre en Savoie vendu sur le « Bon Coin » »)

D’abord, en concentrant les ressources publiques sur l’appui au montage de projets. En suivant le chemin déjà éprouvé avec succès par un certain nombre d’entre eux. En tenant compte des nouvelles attentes familiales, soucieuses de l’ancrage territorial, d’une direction d’équipe ou de la présence d’un référent sanitaire par exemple. Autant d’atouts face aux logiques plus hôtelières. Cela suppose le renforcement et la professionnalisation d’une filière de l’animation en lien avec les activités des collectivités toute l’année (CCAS, périscolaire…). De quoi alimenter des réflexions sur des projets de territoire. Loin des destinations les plus prisées et les plus coûteuses, pourquoi ne pas les aider à rénover 1000 lieux ? Pour ancrer durablement un demi-million d’enfants dans des parcours, voilà l’enjeu. Moins isolés dans le groupe qu’ils viendront eux-mêmes avec une sœoeur, un voisin. Sans nécessairement le ticket d’entrée du comité d’entreprise. En proposant également des formules à faible coût sur le modèle du scoutisme qui passe mieux l’épreuve de la crise. Le prix n’explique pas tout mais il convient d’intégrer cette donne dès la programmation.

Valoriser le choix de l’enfant

La valorisation du choix de l’enfant : c’est là clé essentielle et une rupture avec le modèle des colonies d’antan. Pour autant, elle ne peut se résumer à un guichet ouvert sur une jungle d’opportunités. Faire société, c’est apporter sa pierre à un projet sur un séjour : de réalisation théâtrale, de découverte sportive ou du bricolage. Au stage qui enferme l’expérimenté et isole le néophyte, les pouvoirs publics doivent privilégier l’appui aux séjours de découverte progressive et ludique. Ceux qui actionnent les qualités cognitives moins marquées socialement ou sexuellement.

Des études pointent l’effondrement depuis vingt ans des temps de relations sociales des adolescents.  Pourquoi ne pas créditer chaque enfant d’un « compte colo » individuel ? A l’heure où les pouvoirs publics s’interrogent sur la contribution virtuelle des plateformes d’échanges d’appartement, voilà une opportunité de leur redonner sens et matérialité.

 

Propositions

  1. Un demi million de départs supplémentaires en vacances en cinq ans
  2. Création d’un fonds d’aide aux projets territoriaux : lieux d’accueil et revitalisation de la ruralité, montage en amont dans un souci de maitrise des coûts, ingénierie pédagogique, etc
  3. Financement d’un « compte vacances » par une taxe sur les plateformes de locations

 

Pour un Grand Paris de l’Education

Tribune publiée sur le site du quotidien Les Echos le 4 juin 2019 dans le prolongement de nos travaux sur le Grand Débat National

Nous savons que le cycle primaire est essentiel pour le devenir de toute une scolarité. Son échec impacte durablement la qualité de vie, l’emploi et le coût des services sociaux des générations futures sur tout le territoire.

A Paris, dans nos arrondissements populaires, une trentaine d’établissements sont en net décrochage par rapport aux moyennes de réussite au brevet. En Seine-Saint Denis, le département compte deux fois plus de redoublants et seulement un gros tiers des élèves maitrisent les compétences de base en entrée en sixième. Or, nous savons que la qualité de l’école est essentielle. A la recherche de la sécurité, les familles attachent leur choix de résidence à celui de l’école. Ces stratégies sont compréhensibles mais elles déjouent les effets des politiques de mixité et de revitalisation urbaine.

Sur le périmètre du Grand Paris, je propose de rassembler l’ensemble des intervenants de la cause éducative (Etat et administrations déconcentrées, collectivités et leurs agences, associations de l’éducation populaire) autour d’un objectif simple: sur cette zone métropolitaine, aucun enfant ne doit quitter le primaire sans maitriser les compétences fondamentales.

Dans l’immédiat, tous les acteurs franciliens doivent se rassembler pour réussir la réforme du ministre Blanquer qui consiste à diviser par deux les effectifs pour atteindre un maximum d’environ douze élèves dans les CP et CE1 du réseau d’éducation prioritaire (REP et REP +).

L’urgence est de trouver locaux et d’attirer les enseignants. Ce point est fondamental. Au-delà des primes déjà versées par l’éducation nationale – qui pourraient éventuellement être complétées par un régime indemnitaire municipal – les collectivités ne peuvent pas influer directement les possibilité de carrière de l’éducation nationale – à moins d’envisager la création d’un système dérogataire – mais l’accompagnement des enseignants sur le logement et l’amélioration de leurs conditions de travail dans les zones difficiles fait partie de leur vocation.

L’effort sur la condition de travail des enseignants doit se doubler de la nécessité d’ouvrir durablement nos écoles, particulièrement les maternelles et les primaires tôt le matin jusqu’à tard le soir, gage de la réussite.

L’école du « Grand Paris de l’Education » doit être un lieu d’accueil de l’ensemble des intervenants de la chaine éducative et de la parentalité, des travailleurs sanitaires et sociaux aux intervenants des temps périscolaires, des acteurs de l’illettrisme à l’insertion. Chaque parent et enfant en difficulté doit trouver tout au long de la journée, réunis en un lieu unique et familier, référents et tuteurs du parcours éducatif.

Je pense notamment aux mères seules dont les situations de précarité ont été remises en lumière à l’occasion du Grand Débat National. L’accueil doit s’étendre du temps d’apprentissage au suivi de l’après école, y compris de leur propre accompagnement en matière d’emploi, de garde, financier ou psychologique. L’ensemble des acteurs des administrations d’Etat ou locales doivent apporter les réponses à ces familles, sans que celles-ci n’aient à courir ou découper leurs besoins.

Pour arrimer cette volonté, il faut dépasser nos tabous qui entravent l’égalité et l’émancipation républicaine. L’Autorité du « Grand Paris de l’Education » qui permet de rapprocher communes élèves, enseignants et administration scolaire, doit se voir conférer, outre les ressources des acteurs volontaires, une compétence foncière, le transfert des locaux, une plus grande liberté de recrutement et de fixation des rémunérations.

C’est le prix exceptionnel de la réussite éducative. D’autres métropoles l’ont fait pour sortir de l’ornière à l’image de Chicago il y a trente ans, avec le « Chicago Board of Education ». Cette Autorité du « Grand Paris de l’Education » incarnera une volonté pragmatique sous une direction unique car il faut tout un village pour élever un enfant et qu’il n’y aura pas de Grand Paris sans un Grand Paris de l’éducation.

Notre contribution au GrandDébatNational


À l’initiative du président de la République, le Gouvernement engage un Grand Débat National sur quatre thèmes qui couvrent des grands enjeux de la Nation. Novo Ideo a déposé une première contribution sur le thème de « l’organisation de l’Etat et des services publics ». Face à la désertification et aux problèmes des « quartiers », notre think tank propose de rendre plus agile l’action publique en créant des « Autorités territoriales de l’intérêt général », délégataires des pouvoirs nationaux et locaux.

Si l’on administre bien que de près, c’est en consacrant trop fréquemment l’opposition entre déconcentration et décentralisation.

Il est urgent d’améliorer l’action des pouvoirs publics, quels que soient les agents qui la portent, en favorisant la production d’utilités, en dépassant les freins liés à la répartition des compétences ou à une conception régalienne, centralisée à l’excès. C’est un impératif sous contrainte d’urgence. Des territoires sont en décrochage, d’autres en sécession, certains se désertifient sans que les leviers de l’action publique actuelle ne débouchent sur des issues efficaces.

Agir mieux et maintenant.

Face à la désertification ou de grandes difficultés de territoires, l’action publique française est marquée par un empilement d’actions publiques, portées par une kyrielle d’acteurs aux logiques propres, déconnectées de l’intervention d’autres, sans incitation réelle pour atteindre des résultats communs. Le travail des élus locaux, de l’Etat et de ses agences, des acteurs associatifs et privés, la maitrise d’usage citoyenne doivent-être rassemblés au sein d’un véhicule, sous une direction unique, pour répondre à un problème ciblé. 


Nous proposons de créer dans chaque territoire en difficulté une « Autorité territoriale », que celle-ci regroupe ressources et compétences des acteurs nationaux et locaux intervenant sur cette zone.

Le pouvoir de cette « Autorité territoriale » se substitue aux prérogatives des acteurs qui lui transfèrent pendant un temps limité tous les moyens nécessaires pour atteindre les objectifs contractuels. Assorti d’un système de bonus financier, cette action prioritaire sera hiérarchisée selon un consensus, formalisé dans le contrat.

« L’Autorité territoriale de l’intérêt général » : spécialité, unité et liberté de l’action publique.

Par exemple, la modernisation d’un hôpital public dans un désert sanitaire mobilisera tous les acteurs de l’attractivité territoriale pour la rendre viable. Pour les personnels concernés, ce contrat engagera l’Etat et l’Agence Régionale de Santé dans un plan financier à 5 ans, avec des financements bonifiés (emprunts, TVA réduite). Les collectivités signataires au contrat apporteront dans la corbeille les moyens et compétences pour accompagner ce qui rend viable un hôpital : l’implantation de personnels médicaux et de leur famille, dans la recherche de logement ou d’un travail, le développement du commerce de proximité, l’accès à des services publics pour les ancrer dans le territoire.

Dans le domaine éducatif, des territoires sinistrés bénéficieront dans le cadre de « l’Autorité territoriale », outre un regroupement de compétences et de ressources des divers échelons (rectorat, politiques de formations voire culturelles portées par les collectivités, associations subventionnées intervenant dans les champs sanitaire et socio culturel, CAF, CCAS, missions locales, police et gendarmerie, etc), de nouvelles latitudes en matière de recrutement, de formation ou sur un plan salarial.

La direction de « l’Autorité territoriale » procède directement aux recrutements en sus des personnels qui lui ont été transféré et engage tous les partenariats avec le secteur privé ou au niveau européen, qu’elle jugera nécessaire

Ce décloisonnement de l’action publique doit irriguer l’ensemble de nos politiques prioritaires, c’est aussi un levier de leur transformation. A l’image de l’Etat, financeur des études (quasi gratuites) en médecine : il pourra conditionner la liberté d’installation des médicaux à un engagement d’au moins trois ans dans ces territoires. Il garantit pour tous les territoires signataires à garantir l’accès à un portefeuille de services publics à moins de 20 minutes.

Toutes les décisions de « l’Autorité territoriale » seront opposables aux acteurs locaux du logement et de l’emploi public, elles auront également vocation à muscler leurs actions : aides à l’installation et à l’équipement, déménagement, mutualisation de ressources avec des entreprises, etc. Les collectivités délégataires de leurs prérogatives à « l’Autorité territoriale » sont adossées à un contrat financier, il intègre l’exclusivité de son action sur les champs délimités contractuellement. La direction de « l’Autorité territoriale » est soumise à l’évaluation et au contrôle, des parties contractantes et du Juge. Les « Autorités territoriales de l’intérêt général » se substituent à un maquis politico-administratif, apportent agilité, rationalisation à l’action de notre Etat.

De Rugy et la « Cité écologiste »

Force est de reconnaitre qu’après cinquante ans d’histoire, les écologistes excellent au moins dans un exercice : se dénier entre eux la qualité d’écologiste. Les réactions à la nomination de François de Rugy en témoignent. François de Rugy s’est lui-même plié à cette facilité en son temps en accusant ses anciens camarades de Europe Ecologie Les Verts de « gauchisme » en posant dans son livre Ecologie ou gauchisme, il faut choisir  une alternative terriblement réductrice. Reconnaitre la pluralité des courants de cette famille politique semble une gageure bien plus difficile que pour le socialisme en son temps.

Comprendre l’appartenance simultanée de François de Rugy et de ses détracteurs à la même famille politique de l’écologie suppose d’accepter un portrait plus riche en variétés de cette sensibilité politique. De nombreux auteurs et de nombreuses œuvres ont abouti à l’émergence de cette nouvelle tendance politique, aussi riche en tensions internes que stimulante par ses différences constitutives.

Une schématisation de cette multiplicité consisterait  à dresser le constat de trois niveaux de radicalité écologique

Une contestation de notre rapport ontologique au monde (le courant de la « Deep Ecology » ou l’écoféminisme par certains de ses aspects) ou à tout le moins de notre éthique dominante (géocentrisme ou biocentrisme versus anthropocentrisme) ; une critique du système-monde capitaliste[i] dans ses capacités à coordonner les conditions de son existence avec celle des cycles de vie et géobiochimiques de la planète (le courant de la décroissance en incarne sans doute le pôle central) ; enfin une critique interne des institutions libérales dans leur incapacité à évoluer d’une société de consommation de masse prédatrice vers une « Cité Ecologiste ». On peut classer les partis politiques verts existants dans ce dernier courant par leur participation récurrente et généralement assez placide à la vie institutionnelle des démocraties libérales[ii]. Dans ce schéma, les oppositions entre François de Rugy et ses amis et leurs anciens camarades « verts » restent à un niveau très superficiel.

Il n’en reste pas moins un contraste toujours brulant entre certaines prétentions « antisystémiques » de l’écologie politique et la sensibilité plutôt libérale de gauche des partis qui l’incarnent. Il constitue une ressource stratégique récurrente pour les conflits internes à l’intérieur des partis verts (procès en «manque de radicalité ») sans jamais aboutir à la réorganisation de ces partis sur un mode révolutionnaire,  y compris non-violent (gandhien), le seul conséquent avec une réflexion authentiquement antisystémique. Le municipalisme libertaire de Murray Boochkin qui en est une tentative de formulation stratégique a fait assez peu d’émules[iii] ! Ce conflit pose toujours en principe préalable une légitimité supérieure du courant « antisystémique » sur le courant « libéral ».

A cet égard, la candidature de François de Rugy à la primaire de la gauche marquait une tentative d’affirmer la pleine légitimité de l’écologie politique « libérale »

Elle n’a pas en effet à s’humilier constamment devant ses concurrentes. Pour commencer, rappelons que c’est elle qui a formé l’expression « écologie politique » avec Bertrand de Jouvenel dans les années 60. Mais elle a une difficulté à décliner souvent plus avant son identité.

Essayons d’en dessiner les contours

Elle commence d’abord avec une critique des apories de la Cité Productiviste[iv]. Quelles sont-elles ? Attachée à « développer les forces productives », cette Cité favorise en amont la mobilité extrême du travail et du capital. Son premier obstacle est le désir d’enracinement toujours renouvelé des populations, national ou local. En aval, elle favorise l’essor d’une consommation effrénée dans les secteurs où des gains de productivité du travail sont les plus aisés. Elle mutile à la fois le travail ainsi déshumanisé et appauvrit l’horizon de l’existence vers l’emballement pour des formes standardisées de consommation[v]. Enfin, elle mutile notre rapport à la nature, non seulement par sa sous-estimation de coûts de son fonctionnement pour les écosystèmes mais en dévalorisant même la gratuité des dons qu’elle nous apporte.

« Elle désagrège la valeur de la vie contemplative et du temps libre, le sens des loisirs et de la fête, et, pour tout dire, elle profane les rythmes de l’existence condamnés à s’ajuster à sa machinerie et à ses ajustements sans fin des « facteurs de production ». In fine, c’est le bonheur même d’être qu’elle menace »

Ensuite, elle a des alliés dans la société « instituée ». Malgré sa puissance (et son culte de la puissance), sa capacité à faire évoluer historiquement le droit en son sens[vi], ses citadelles de pouvoir et d’argent (mal nommés « lobbys »), la force aussi de son imaginaire de « progrès » alimenté par des succès incontestables, la Cité Productiviste n’a pas réussi à effacer les origines libérales de la société moderne, fondée sur une idée moins « balisée » de l’émancipation des individus[vii]. La discipline par excellence qui devrait en réfléchir et thématiser les enjeux, l’économie, a aussi produit des sous-courants comme l’économie de l’environnement ou l’économie du bien-être, qui fournissent des arguments et des outils à qui veut bien s’en servir pour bâtir une Cité Ecologiste[viii]. L’écologie politique libérale peut ainsi, plus facilement que les autres courants, construire un programme de réformes des politiques économiques, budgétaires et sociales[ix].

Si l’écologie, même libérale, reste politique, c’est qu’il y a bien conflit entre ces deux Cités, la Productiviste et l’Ecologiste

Il est impossible de croire que la seconde advienne spontanément de la première, dont la cohérence et la puissance à s’associer aux désirs humains est trop forte pour s’effacer devant la seconde. Mais la Cité Ecologiste ne fait pas table rase non plus de la société existante, parce que la Cité Productiviste est loin de l’englober encore. Les racines libérales de la société, sa conception individualiste de la recherche de la vie bonne, vivent encore associés au désir de puissance sans fin du productivisme.

Plus grave, la Cité Productiviste, qui s’étend sur un nombre toujours plus grand de nations, échoue à intégrer les limites planétaires aux ressources qu’elle consomme.  Par ailleurs, elle s’avère un assez douteux véhicule des valeurs libérales dans les nations qu’elle a séduites (la Chine par exemple). Nous sommes arrivés à un tournant terrifiant dans l’histoire de l’écologie politique. Il s’agissait il y a peu encore de transformer notre civilisation pour l’adapter aux contraintes naturelles,  il devient de plus en plus clair hélas! que c’est davantage la civilisation libérale qui est menacée aujourd’hui des effets incontrôlés du productivisme sur le système planétaire.

La Cité Productiviste a certes ses solutions, qu’elle n’énonce que mezzo voce encore : géoingénierie, génie génétique appliqué à l’espèce humaine le cas échéant, rêveries autour de la maitrise de la fusion nucléaire, extension du domaine de la production au-delà des limites de biosphère — et Elon Musk est son prophète ! Ayant toujours subordonné les droits de l’individu à l’impératif de puissance collective, sa résolution à poursuivre sur sa trajectoire ne fait que peu de doute.

L’alliance de la société libérale et de la Cité Productiviste arrive à un moment critique de son histoire

Et toute l’ambiguïté d’Emmanuel Macron a été mise à nu au moment de la démission de Nicolas Hulot. Très bien, trop bien, trop vite, identifié comme un libéral, Emmanuel Macron incarne  aussi – et sans doute surtout – un projet néo-saint-simonien qui a été quelque peu occulté. Hors celui-ci s’acclimate très bien des renforcements du pouvoir de l’Etat sur les individus : les lois sur l’état d’urgence, la loi asile et immigration en témoignent. Ce « saint-simonisme » acceptera davantage de prendre des mesures de protection pour les abeilles (à miel) que pour les frelons et autres « nuisibles » identifiés par les fédérations de chasse. La contradiction entre les dimensions à la fois individualistes et émancipatrices du projet que François de Rugy avait proposé au cours de la primaire de la gauche et la pratique actuelle du gouvernement est malheureusement éclatante.

Peut-on verdir le « saint-simonisme » ?

Dans sa logique d’ensemble, non, bien entendu (Pour un point du vue opposé, voir Juliette Grange, Pour une philosophie de l’écologie, 2012). Mais il reste suffisamment plastique pour permettre le refus des projets « productivistes » obsolètes (comme l’était l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes) et accepter les « innovations écologistes » prometteuses. Concrètement, le transfert des bases de la fiscalité du travail et du capital vers les ressources naturelles est engagé et mérite d’être amplifié au-delà de 1 point du PIB[x]. La réforme du couteux Crédit Impôt Recherche en crédit d’impôt pour l’innovation verte est une piste d’économie et de performance[xi]. Le projet de valoriser Paris comme capitale de la finance verte est bienvenue – ce sont les capitaux privés qu’il faut mobiliser pour des pans de la transition écologique (économies d’énergies et énergies renouvelables). Les idées préconisées dans le rapport CAP 22 de revoir l’invraisemblable suréquipement de la France en aéroports « régionaux », d’instaurer une vignettes poids-lourd et la création de péages urbains sont intéressantes. L’orientation des dépenses de l’assurance-maladie vers des actes de prévention est aussi une source de performance économique et sanitaire. Les contrats de transition écologique peuvent-ils être une occasion d’une relocalisation partielle de l’économie ? Il faut le souhaiter.

De manière générale, la transition écologique peut accompagner la réorganisation des recettes et des dépenses publiques 

« S’agissant de l’ambition, les politiques environnementales constituent un cas emblématique. En théorie, elles ne devraient pas peser sur le budget puisqu’il s’agit de corriger un problème d’externalité : la solution pour cela est d’instaurer un signal-prix incitatif, par l’éco-fiscalité ou des marchés de quotas sous plafond global (voir l’expérience suédoise). L’impact budgétaire peut même être favorable : recettes fiscales à court terme, réduction des dépenses curatives à long terme. »[xii] Les chantiers ne manquent pas avant d’arriver au noyau dur de l’opposition entre les paradigmes écologistes et productivistes. Espérons qu’ils soient mis en œuvre dans les années qui viennent !

NOTES

[i] L’écologie politique serait un mouvement « antisystémique » au sens d’Immanuel Wallerstein au sein du système-monde capitaliste. Voir Comprendre le monde, La Découverte, 2009

[ii] Pour un « échantillonnage » plus complet des courants écologiques, voir Carolyn Merchant, Ecology Second Edition, Humanity Books, 2008

[iii] Lire par exemple Murray Bookchin, Open Letter to the Ecology Movement, 1980, repris dans Toward an Ecological Society, Black Rose Books, 1985

[iv] Nous reprenons ici les analyses de Bertrand de Jouvenel dans Arcadie, Gallimard 2002, et La civilisation de puissance, Fayard, 1976

[v] Sur la « réification » du travail comme facteur de production et sur la consommation comme style de vie aliénant notre rapport au monde, voir aussi Pape François, Lettre Encyclique Laudato Si’, particulièrement §124-129, §203-204 et §222-223

[vi] François Ost, La nature hors la loi, La découverte, 2003 particulièrement les chapitres 2 et 3, et cet exemple, p67 : « le temps du travail, de l’industrie commence ; l’idée et le respect de la propriété foncière doivent faire place à l’idée et au respect de la production. » Lerminier 1831

[vii] Sur le conflit entre l’éthos libéral et l’éthos productiviste dans nos sociétés modernes, voir Michael Oakeshott, Morale et politique dans l’Europe moderne, Les Belles Lettres, 2006 ,  le chapitre VIII sur la théorie politique du productivisme et le chapitre VI sur son articulation avec le « libéralisme historique ».

[viii] Par exemple Gilles Rotillon Economie des ressources naturelles, La découverte, 2005, et, avec Philippe Bontemps, l’économie de l’environnement, La Découverte, 2003

[ix] Nous laisserons les lecteurs juges de la crédibilité d’une offre politique construite autour des propositions figurant dans le livre Gouverner la Décroissance, dir Agnès Sinaï et Mathilde Szuba, Sciences Po les Presses, 2017, particulièrement les chapitres 4 « le rationnement, outil convivial » et 7 « pour un aménagement permaculturel des territoires ». Certaines propositions de ce livre relevant pour leur part de l’écologie libérale et réformiste de gauche la plus traditionnelle (le chapitre 9 sur l’adaptation de notre modèle social ainsi que le chapitre 2 sur la création d’un revenu de transition écologique)

[x] Lire le « Rapport 2018 de la Commission Mondiale sur l’Économie et le Climat » par exemple

[xi] Sur la nécessité d’une politique industrielle verte, en surcroit des politiques de taxations de ressources naturelles, cf Aghion, Cette, Cohen, Changer de modèle, Odile Jacob, 2015, p199-200

[xii] Note du Conseil d’Analyse Economique, n°43.

 

 

Photos : Nathalie Tiennot, Flicker