De l’Intelligence Artificielle : la crypto monnaie #Episode 7

En discutant avec mon entourage (qui n’est pas forcément dans le digital), je me suis rendue compte que l’approche de ce sujet peut sembler parfois difficile, voir « terrorisant » car les articles semblent inaccessibles pour des novices. En créant ce blog, je souhaite partager mes recherches suite à mes propres questionnements, mais aussi, mes découvertes au travers de présentations d’entreprises innovantes sur l’Intelligence Artificielle.

#Episode 7.

Aujourd’hui, je vais vous parler d’une entreprise leader sur le marché de la crypto-monnaie.

Pssst… N’hésitez pas à relire l’#Episode 6 sur la présentation de la crypto-monnaie si vous sentez la moindre crise d’angoisse se profiler à l’horizon.

Revenons à cette entreprise mais aussi à LA CEO de KAIKO : Ambre Soubiran. Lors d’une conférence sur la Blockchain, j’ai eu la chance de découvrir KAIKO et Ambre. Il me semblait primordial de partager ma découverte avec vous.

KAIKO?

D’un calme olympien (j’admire vraiment les gens ayant cette faculté à rester zen en toute circonstance !) Ambre nous présente KAIKO. “KAIKO est une société qui enregistre en temps réel, les ordres qui sont placés sur les marchés où s’échangent les monnaies digitales, ainsi que tous les trades qui sont exécutés. Sur le marché, il n’y a pas de prix fixés, par exemple pour le Bitcoin ou toute autre monnaie. Les gens définissent le prix auquel ils acceptent de les acheter/vendre. De plus, le critère géographique joue également : le Bitcoin ne sera pas valorisé au même prix aux Etats-Unis ou en Asie.

KAIKO récupère toute la data de marché sur des échanges dans le monde entier, et la redistribue aux gens qui ont besoin de la consommer pour avoir une idée du prix auquel les différentes monnaies digitales sont échangées. Kaiko est du côté Market Data. ”

 Stop! Moment définition! La Market Data?

En finance, la « Market Data », ou en français les « données de marché » sont des données sur les prix et les transactions liées à un instrument financier (dans le cas de KAIKO, les monnaies digitales ou « cryptocurrencies »), communiquées par une plate-forme de négociation telle qu’une plate forme d’échange de monnaies digitales, les « crypto-exchanges ». Les données de marché permettent aux traders et aux investisseurs de connaître le dernier prix et de voir les tendances historiques.

Une femme, CEO dans l’univers de la crypto!

Ambre est une réelle passionnée des marchés financiers et de la Blockchain, ce qui l’a amenée à quitter la finance de marché pour l’univers des monnaies digitales. Après 8 ans passés à Londres chez HSBC en Equity Derivatives dans la division Global Markets, Ambre reprend la direction de KAIKO et ouvre des bureaux à Paris, où elle recrute une équipe de sept ingénieurs.

Mais comment en est-elle arrivée là? Rien de mieux que de lui demander …

“J’ai commencé à travailler dans la finance de façon assez fortuite. J’aimais les maths, les chiffres, et l’informatique (à 10 ans je m’amusais à coder de petits sites en HTML!). Durant mes études, il a fallu que je trouve un stage pour mon année de césure, et il fallait que ce stage soit rémunérateur, car je souhaitais ensuite partir faire le tour du monde!

Les salles de marchés m’attiraient, même si je n’y connaissais pas grand chose, et finalement, à 20 ans, j’ai eu la chance d’être prise en stage chez HSBC et d’avoir le poste de mon choix.

J’ai adoré cette ambiance intense, électrique et un peu hyperactive. Mon équipe était géniale. A certains moments, nous étions amenés à être sous pression pourtant tout le monde restait proche avec des liens très forts.

Je suis tout de même partie faire mon tour du monde et à mon retour, HSBC m’a offert l’opportunité de partir à Londres pour travailler à la création d’un nouveau desk dans la salle des marchés, afin de couvrir un nouveau type de clientèle, toujours côté Equity Derivatives. J’ai donc accepté et j’y suis restée 7 ans !

J’aimais beaucoup mon travail, mes collègues mais le quotidien ne me correspondait plus. Le rythme très intense ne laissait que peu de temps pour explorer d’autres pistes et centres d’intérêts or depuis des années deux domaines me passionnaient : le Bitcoin (Cryptocurrencies / Blockchain) et les nouvelles technologies dans l’agriculture !

Coté cryptocurrencies : Découverte du Bitcoin fin 2013 à un Meetup organisé à Londres. Nous étions une cinquantaine dans un sous-sol à Brick-Lane. Trouvant cela fascinant, j’ai immédiatement acheté des Bitcoins et j’ai décidé d’en parler en interne chez HSBC pour que la banque s’intéresse au Bitcoin et se prépare à répondre aux futures questions des clients sur le sujet.

A l’époque (en 2014), il n’y a pas eu un vif intérêt mais cela m’a permis de rencontrer Pascal Gauthier, mon associé, qui était au même moment en train de fonder Kaiko, une société dont le but était de récolter, organiser et distribuer des données de marchés sur le Bitcoin aux investisseurs institutionnels.

J’ai trouvé le projet très intéressant et prometteur, bien qu’ambitieux car l’intérêt des investisseurs institutionnels pour cette industrie était encore inexistant!

KAIKO mêlait parfaitement l’univers dans lequel je travaillais (finance, investissement, chiffres, data) avec ce qui me fascinait : les monnaies digitales et la Blockchain ! En 2017, lorsque Pascal m’a proposé de prendre sa place à la tête de KAIKO, j’ai accepté le challenge tout de suite !

Au cours des 4-5 dernières années, je me suis formée en autodidacte sur les monnaies digitales et la Blockchain, via des Podcasts (j’adore le podcast de Laura Shin, Unchained), des vidéos YouTube et des sites internet. Niveau technique, j’ai beaucoup appris en faisant le MOOC proposé par Princeton sur « Bitcoin and Cryptocurrency Technologies ».

Aujourd’hui, KAIKO a des bureaux à Paris, nous avons une équipe d’une petite dizaine de personnes et nous apportons de la data transactionnelle « Market Data » aux investisseurs professionnels sur plus de 6,000 paires de Digital Assets, sur environ 35 places de marchés (crypto exchanges) dans le monde ! “

Après ce témoignage, j’ai juste envie de dire: MERCI Ambre et BRAVO!

Ambre est une femme épatante parlant plusieurs langues et amoureuse tout simplement des nouvelles technologies.

Voici le portrait d’une femme, motivant chacune d’entre nous à poursuivre ses objectifs dans tous les domaines, vaincre ses peurs et croire en ses rêves.

Mesdames, quel que soit votre âge, votre situation, croyez en vous !

Messieurs aussi ! Je commençais à sentir une petite pointe de jalousie 😉

Il faut savoir que seulement  5 à 7 % de femmes sont utilisatrices de crypto-monnaie.

Je vous invite à découvrir cette entreprise : www.kaiko.com

Retrouvez KAIKO sur Twitter : Kaiko@KaikoData

 

 

 

 

De l’Intelligence Artificielle : les actifs numériques #Episode 6

En discutant avec mon entourage (qui n’est pas forcément dans le digital), je me suis rendue compte que l’approche de ce sujet peut sembler parfois difficile, voir « terrorisant » car les articles semblent inaccessibles pour des novices. En créant ce blog, je souhaite partager mes recherches suite à mes propres questionnements, mais aussi, mes découvertes au travers de présentations d’entreprises innovantes sur l’Intelligence Artificielle.

#Episode 6.

Lors du dernier épisode, nous sommes partis aux Emirats Arabes Unis et nous avons découvert DEEP AERO avec ses drones. N’hésitez pas à visiter leur site : www.deepaero.com  DEEP AERO, qui est actuellement en train de faire une ICO et de vendre des tokens.

Qu’est ce qu’une ICO ?

ICO est l’acronyme de Initial Coin Offering, il s’agit d’une sorte de levée de fond pour de jeunes entreprises.

Au lieu de recevoir de l’argent des internautes, elle recevra de la cryto-monnaie. On échange des actifs numériques (tokens*) contre des cryto-monnaies afin de financer le développement d’un projet.

Tokens en français veut dire jeton

 

A la différence d’une levée de fond, là vous n’obtenez pas de parts de l’entreprise. Voici un très bon article de @IcoMentor sur le sujet.

Retour sur la crypto-monnaie…

Vous avez déjà dû entendre les mots Bitcoin ou Ethereum ou d’autres? 

En 2008, un développeur, qui n’a jamais vraiment révélé son identité, se lance dans un projet : développer le Bitcoin. Le Bitcoin pour lui sera une monnaie virtuelle. Cette même année, le premier taux de change Bitcoin dollar est publié, la valeur équivaut à un millième de dollar environ, il s’agissait du coût de l’électricité à l’époque. Il paraîtrait que la première transaction fût une pizza achetée à 10.000 Bitcoins. Cette somme actuellement équivaudrait à plusieurs millions de dollars…

A ce jour, différentes cryto-monnaies existent. Vous pourrez les retrouver sur www.coinbase.com

Concernant les Bitcoin, le site de référence est : www.coinhouse.com

Vous vous posez la question « peut-être est-il trop tard… ».

Le nombre de Bitcoin est bloqué à 21 millions : une fois ce nombre atteint, les prix vont augmenter.

Néanmoins, deux choses sont à retenir : en premier lieu, toutes ces monnaies peuvent s’échanger entre elles mais ne correspondent plus à de l’or réel.

Ensuite, achetez uniquement le montant que vous êtes capable de perdre. Donc ne vendez pas mari/femme, même si l’envie est présente, contre un Bitcoin si « silencieux»…

MEMO

ICO est une sorte de levée de fond sauf que l’on achète des tokens (jetons) et l’entreprise porteuse du projet reçoit de la crypto-monnaie. Les crypto-monnaies ne s’échangent qu’entre elles et il s’agit de monnaie virtuelle