Ecologistes sur fractures françaises

HORS DES MEDIAS

Il reste, et c’est là l’essentiel, que le score de l’extrême droite signe l’état désastreux du pays et d’une frange de la société. La conjoncture 2012 reste encore incertaine et l’alternance sera dans tous les cas difficile. Il ne faut pas se raconter d’histoires. Les marges de man?uvre mériteront qu’on concentre le tir. Car 2017 risque d’être saignant. La France désindustrialisée, rurale et rurbaine, les perdants de la mondialisation ont envoyé un coup de semonce. Il est loin d’être dit qu’il soit sans frais.

Il est possible qu’on s’engage maintenant dans un processus de « décomposition / recomposition » des droites. Tout cela pourrait passer à l’épreuve du cynisme des appareils qui verront là les avantages d’une nouvelle carte politique redessinée, à droite, par une évolution du Front National à l’italienne. Qu’un jeune de moins de 25 ans sur cinq vote pour le FN, que la part la plus importante des ouvriers soutienne la candidate frontiste doive tout au contraire nous appeler à sonner le tocsin.

Qu’on dépasse une fois pour toutes le discours infra politique de dénonciation de « la haine » et autres pointages des « colères ». Une frange importante de la population ne se sent pas s’enfoncer : elle s’enfonce réellement. Ses anticipations s’effondrent, la France des plans sociaux et les classes moyennes ne retrouvent pas les billes investies pour leurs gosses dans l’éducation. Et ce ne sont pas les catégories bourgeoises fustigeant leur mauvais goût, elles qui pratiquent avec force et réseaux le séparatisme social avec un sens infini de la litote qui jouent pour le coup le rôle d’une quelconque avant-garde ouverte au multiculturalisme.

Pour les écologistes, c’est là un chantier de refondation idéologique. Représentants des classes plus protégées, nous peinons à valoriser l’écologie autrement qu’en objet dangereux.

Le seul truc bien de cette élection, c’est qu’on a vu dimanche les citoyens se déplacer en masse. C’était un des rares motifs de satisfaction de cette pénible journée.