Election présidentielle : une Assemblée sans majorité (3/3)

Antoine Parodi, ancien vice-président d’une agglomération francilienne, est fondateur de Facile Conseils, cabinet au service de « l’efficacité politique » des candidats et des élus locaux (études électorales, évaluation des politiques publiques, formations…). Pour Novo Ideo, il livre en trois entretiens son analyse d’une séquence électorale 2017 (présidentielle + législatives) à haut risque. Troisième et dernier volet de notre entretien : le score assuré du leader de l’extrême droite.

L’élection présidentielle occupe le devant de la scène. Bien peu sont les électeurs conscients que suivront deux autres tours de vote en juin. Or, on a vu lors des trois dernières élections nationales, en 2002, 2007 et 2012, qu’il semblait y avoir aux législatives une prime au camp vainqueur de la présidentielle. Avec le niveau d’incertitude que l’on constate actuellement pour l’issue de la présidentielle, que peut-on imaginer comme scénario pour les législatives ?

Antoine Parodi : Contrairement à une idée fortement ancrée, les équilibres entre forces politiques sont davantage gouvernées par des évolutions lentes et une stabilité importante que des ruptures brutales.

En effet, hormis les législatives de 1993, la gauche de gouvernement se situe toujours entre 35 et 40% au premier tour, la droite parlementaire autour de 40%.

Législatives Gauche gvt. Droite gvt. Extrême droite Autres forces
1988 L 37,50% 40,50% 10,00% 11% (PCF)
1993 L 20,00% 43,00% 12,50% 9% (PCF) et

10% (Ecol.)

1997 L 43,00% 36,50% 15,00%
2002 L 37,00% 43,00% 11,50%
2007 L 35,50% 45,00% 4,00% 8% (Modem)
2012 L 40,00% 35,00% 14,00% 7% (FdG)

Là où les évolutions plus prononcées ont lieu sont les équilibres entre forces au sein d’un camp. A droite, alors qu’il y avait encore dans les années 1990 un équilibre entre centriste et gaulliste, ce n’est plus le cas aujourd’hui, avec l’hégémonie de l’UMP/Les Républicains sur le vote de droite. De même, à gauche, le Parti socialiste a perdu sa position d’hégémonie, l’élection de 2012 constituant une exception.

Pourquoi ces évolutions vont avoir des conséquences considérables pour l’élection de 2017 ? Parce qu’avec la baisse tendancielle de la participation aux législatives suivant la présidentielle (plus de dix points de baisse de 2002 à 2012), le seuil d’accès au second tour, avec 12,5% des inscrits, augmente mécaniquement. Cela signifie que pour chaque camp, la problématique est moins d’éviter la dispersion des votes -il y a toujours eu multiplicité des étiquettes- que de réussir à qualifier l’un de ses membres.

« Force est de constater qu’un palier décisif pourrait être franchi par le parti d’extrême droite : celui des 12,5% des inscrits »

Cette problématique est d’autant plus forte que la montée et l’enracinement d’un vote Front national à très haut niveau va bouleverser totalement la donne en juin prochain.

Lors des dernières élections législatives en 2012, le Front national n’avait réussi à faire élire que deux députés. Lors des dernières élections régionales, il a échoué à emporter des régions malgré ses performances du premier tour, quelques mois après avoir également échoué à gagner des départements. Faut-il vraiment avoir peur d’une victoire du Front national ?

Pour moi, clairement, la victoire de Marine Le Pen à l’élection présidentielle est une hypothèse sérieuse. Ceux qui balaient cette possibilité d’un revers de la main devraient prendre en compte le fait que dans les différents sondages, Marine Le Pen est donnée à environ 40% au second tour, quel que soit son adversaire.

Ce qui me paraît certain, c’est que le score de Marine Le Pen en avril (et mai?) prochain lors de la présidentielle va donner une indication du niveau possible du FN aux législatives.

Tableau des résultats du Front national lors des trois dernières élections générales

Présidentielle Législatives Présidentielle Législatives
Année % exprimés % exprimés Evolution % inscrits % inscrits Evolution
2002 17,00% 11,50% -5,5 pts 11,66% 6,90% -4,76 pts
2007 10,50% 4,00% -6,5 pts 8,62% 2,50% -6,12 pts
2012 18,00% 14,00% -4,0 pts 13,95% 7,30% -6,65 pts

On le voit, lors des trois derniers scrutins nationaux, le FN a enregistré, quel que soit sa performance à la présidentielle, des résultats bien moindres aux législatives suivantes. La perte en pourcentage d’inscrits a même tendance à augmenter, ce qui laisserait penser qu’une partie des électeurs du Front national se déplace « exprès » pour la présidentielle et délaisse les législatives.

Pour autant, compte tenu des niveaux atteints lors des trois derniers scrutins en 2014 et en 2015, et des niveaux d’intention de vote qui sont prêtés par les différents sondages à Marine Le Pen, force est de constater qu’un palier décisif pourrait être franchi par le parti d’extrême droite : celui des 12,5% des inscrits.

Pour vous, il y aura des députés FN nombreux élus en juin prochain quoi qu’il arrive ?

Avec un résultat national qui pourrait se situer autour de 20% des suffrages, et même en imaginant une baisse drastique de la participation aux législatives, le seuil pour se maintenir dans les circonscriptions pourrait être atteint dans environ la moitié des circonscriptions.

Tableau des qualifications pour le FN

(extrapolation des résultats des scrutins de 2012 et 2015)

Obtention du seuil de 12,5% des inscrits Sur 535 circonscriptions métropolitaines
18% des exprimés 146
19% des exprimés 174
20% des exprimés 206
22% des exprimés 253

Dans ces conditions, il est plus que malaisé de faire des scénarios pour les législatives. Ce qui est certain, c’est que la stratégie des différentes formations politiques au niveau local est « contaminée » par ce qui se produit au niveau de l’élection présidentielle.

La question pour les partis traditionnels, dans la majorité des circonscriptions tangentes, n’est plus d’arriver en tête, mais de se qualifier, souvent derrière le Front national, en obtenant une seconde position. N’oublions pas que les deux parlementaires FN sortants l’ont été chacun avec 43% au second tour, en triangulaire.

Le scénario d’une Assemblée nationale sans majorité absolue n’est plus, à mon sens, ni un tabou, ni une vue de l’esprit. Dans les 70 circonscriptions où le FN a dépassé 40% des voix au premier tour lors des dernières régionales et les 150 autres où il dépasse la barre des 30% des voix, que pèseront les forces traditionnelles ? A fortiori si Emmanuel Macron « réussit » sa présidentielle -élu ou pas-, et lance ses propres candidats à l’assaut de l’Assemblée Nationale.

Et ce d’autant plus que l’effet de remobilisation de l’électorat dans un vote « anti-FN » tel qu’on a pu le connaître en 2002 ne s’est plus jamais produit, les régionales de 2015 en étant l’exemple le plus récent.

Propos recueillis par Jean-Marc Pasquet

 

Précédents entretiens : « le Mythe de l’abstention », « le score assuré de Marine Le Pen ».