Favoriser l’interdisciplinarité et les croisements des pratiques artistiques

Croiser les approches, les regards et les arts

Pour les auteurs du rapport « Actions pilotes en matière d’éducation artistique et culturelle dans les établissements du ministère de la culture » (Jean-Marc Lauret et Olivia-Jeanne Cohen, juin 2009, 109 pages), la rencontre avec les ?uvres s’enrichit du croisement des approches, des regards et des arts.

Comment entrer dans le tableau, passer du ressenti premier devant l’?uvre à la construction d’un rapport sensible et cognitif à l’?uvre ? Le croisement des regards, les passerelles entre des approches et des chemins d’art différents, plastique, chorégraphique, théâtral, musical sont ainsi expérimentés par plusieurs établissements comme un élément de réponse à cette question.

Le Louvre expérimente par exemple avec un certain succès un croisement entre danse et arts graphiques. Une des activités récemment proposées en ce sens supposait l’accueil d’un chorégraphe invité à imaginer un voyage parmi les oeuvres exposées au musée du Louvre, en résonance avec le spectacle qu’il présente au théâtre de Chaillot.

Une conférencière des musées nationaux accompagnait ce voyage auquel ont assisté des groupes d’élèves, d’étudiants, de spectateurs abonnés du Théâtre national de Chaillot ou simplement les visiteurs du musée. Les Nocturnes du Vendredi, partenariat entre le Musée du Louvre et le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, repose sur le même principe.

Animées par des jeunes musiciens du Conservatoire, les Nocturnes du vendredi constituent une programmation destinée en priorité aux jeunes adultes âgés de 18 à 26 ans et cherchent à approcher différemment les collections du Louvre en établissant des liens entre musique et arts plastiques. L’enjeu est de conjuguer analyse musicale et analyse plastique et de s’approprier l’acoustique des salles du musée.

Dans les ateliers du Centre Pompidou, des lycéens peuvent aussi découvrir simultanément une oeuvre d’art plastique et l’univers complexe des sons. Le travail du son, accompagné par les ingénieurs de l’Institut de recherche acoustique/Musique (IRCAM)], se fait à partir des sons capturés par les élèves (section de mécanique automobile) dans les ateliers du lycée professionnel.

La rencontre avec l’?uvre plastique, accompagnée par un conférencier du Musée d’Art Moderne, se déroule parallèlement sur plusieurs séances ([en 2008/09 devant l’?uvre de Joseph Beuys, Plight)].

Dans une perspective similaire mais pour un patrimoine plus classique, des élèves d’une cinquième d’Ile de France ont été confrontés cette année au patrimoine bâti d’un ensemble de monuments gothiques (Conciergerie, Sainte-Chapelle et tours de la cathédrale Notre-Dame), géré par le Centre des monuments nationaux, au travers de l’utilisation de la vidéo et la réalisation d’un film. Ils croisent également leur réflexion avec celle d’un ensemble de musiciens pratiquant le sound-painting afin de donner au film une bande originale.

On le voit à travers ces quelques exemples, les innovations dans le champ des activités pédagogiques des musées sont prometteuses et ouvrent de nouvelles perspectives pour tous ceux qui s’intéressent au volet social des politiques culturelles.

Les chroniques culturelles de Nicolas Defaud sont issues de [Terrains de culture, le blog des élèves administrateurs territoriaux.