La naissance de Novo-Ideo dans « carnets de campagne »

« Le Nouvel Obs et L’Express sont là. Tu es loin ? »

Non, je ne suis pas loin. Lorsque je reçois le SMS de Jean-Marc Pasquet, je suis à deux pas de la brasserie que nous avons retenue pour le déjeuner de présentation de Novo Ideo. Pasquet a une longue histoire dans le parti. Il a assumé quelques années le rôle de secrétaire des Verts de Paris, cofondé un courant, et se positionne comme candidat pour les prochaines élections régionales. Actuellement passionné par les sujets liés à l’éducation, il est à l’origine spécialiste des finances publiques. Toujours branché idées et politiques publiques, il a eu l’idée avec quelques autres de créer une sorte de think tank, sous la forme d’un site Internet.

Depuis plusieurs soirs, nous passons nos soirées avec Julien Foucher, un magicien du Web. Graphisme, formulaires, rubriques, tout y passe. Normalement, aujourd’hui, nous sommes enfin prêts.

Une fois à La Fée verte, je balaie rapidement la salle du regard pour trouver le président de Novo Ideo en compagnie de Franck Contat, copain Vert également, co-initiateur du projet, blogueur et cadre du parti, en compagnie de Maël, un journaliste du Nouvel Obs que je reconnais, et de Marion, sa cons?ur de L’Express, qui m’est inconnue. Comme à chaque déjeuner ou conférence de presse que je monte, je suis soulagé à la vue de plumes de grands journaux.

Peu à peu, de nouveaux convives nous rejoignent, mais nous sommes déjà absorbés par la présentation du projet. Je distribue un dossier de presse, Pasquet explique, Contat commente. Oui, bien sûr, notre initiative s’inscrit dans la dynamique des européennes. En vérité, le projet existe depuis septembre dernier.

Les européennes sont une chance pour en faire la publicité.

Et je sens que Maël est là pour comprendre. Qui est derrière tout ça ? Y a-t-il un accord, voire une commande, de la direction du parti ? Pas du tout, cette démarche est collective et constructive, sans concurrence avec ce que l’appareil peut envisager. Marion cherche plutôt à sonder le potentiel du projet. Leur présence montre que le phénomène Europe Écologie continue de susciter la curiosité de la presse. Pour l’ouverture du site, nous avons d’ailleurs mis en avant un texte de Bruno Rebelle, conseiller environnement de Ségolène Royal, qui nous a rejoints. Je raccompagne Marion, le temps de tester ce qu’elle en a pensé. C’est dans son journal que je le découvrirai :

Novo Ideo, un think tank pour l’écologie politique.

Sous l’impulsion d’un groupe de Verts, une nouvelle plate-forme de réflexion en ligne a vu le jour. Elle se veut « le premier think tank grand public de l’écologie politique ».

Le principe de Novo Ideo est simple
: chaque semaine, le site propose un thème de débat, pas nécessairement lié à l’environnement. L’équipe met en ligne un article écrit par un spécialiste du sujet, qui se termine par une proposition de politique publique. Un appel à contributions est alors lancé, sur le mode « pour ou contre ». La semaine suivante, un article de chaque avis est sélectionné et les deux sont confrontés au premier texte. Là encore, ils doivent se terminer par une proposition concrète.

Pour Jean-Marc Pasquet, président de Novo Ideo, « cette obligation de proposition fait à la fois l’intérêt et la difficulté de l’exercice. Nous voulons créer du débat qui sorte de « l’entre-soi ». Nous faisons remonter des idées concrètes et argumentées de personnes qui n’apparaissent pas forcément dans les canaux habituels : élus locaux, cadres intermédiaires? Notre public type est assez ciblé. Ce sont des citoyens engagés et documentés, qui veulent participer au débat. »

« On ne voulait pas tomber dans le « bruit de fond » des blogs »

Cette semaine, au menu : « Les régions face au changement climatique ». Une tribune de Bruno Rebelle, membre d’Europe Écologie et ex-directeur de Greenpeace, préconise la mise en place d’un Plan régional Énergie-climat, obligatoire et opposable. Pour la première et pour l’exemple, Novo Ideo a un peu triché : deux contributions « d’accord/pas d’accord » ont déjà été affichées, les internautes ne pourront se lancer que sur le prochain débat.
Ici, pas de commentaires : « Un article répond à un autre article, explique Frank Contat, l’un des fondateurs. On ne voulait pas tomber dans le « bruit de fond » qu’on trouve à la suite des articles sur les sites d’information ou les blogs. La plupart d’entre nous bloguent ou ont blogué. On aime bien, mais on a ressenti aussi une forme de vacuité dans l’exercice. Là, on veut vraiment créer une « boîte à outils », sortir du « Y a qu’à, faut qu’on ». »


à mi-chemin entre site participatif et institut politique
, Novo Ideo pourrait bientôt être confronté à la concurrence de la future fondation verte adossée aux Verts et à Europe Écologie. Béatrice Chasle, en charge de ce dossier à la direction nationale des Verts, explique pourtant voir ceci « d’un oeil tout à fait bienveillant ». « Novo Ideo est le genre d’initiative que j’espère fédérer dans le futur grâce à notre structure, ajoute-elle. L’écologie politique n’a pas encore de fondation qui lui est rattachée, et là-dessus nous avons un retard certain sur nos voisins européens. » Et sur les autres courants politiques, qui ont déjà su s’appuyer sur des structures, comme Terra Nova ou l’Institut Montaigne.

Article de Marion Solletty publié dans L’Express le 18/09/2009.

Pour nous, une pierre de plus pour l’édifice de l’écologie politique en France. Pour les journalistes, un apéritif avant les régionales.