La nouvelle question laïque

« De débattre, mon époque s’est arrêtée » écrit Marylin Maeso dans la Conspiration du Silence, pointant les poisons qui affectent et atomisent le débat public. S’il est un sujet si hautement inflammable qu’en débattre est devenu impossible, c’est bien celui de la Laïcité. Quiconque s’aventure à questionner les implications concrètes, quotidiennes de cette valeur républicaine, reconnue de tous comme cardinale encoure ipso facto le pur procès d’intention.

C’est pourquoi il faut saluer le livre de Laurent Bouvet « la nouvelle question laïque ». Non parce que l’auteur y tenterait un rapprochement irénique des points de vue, mais parce qu’il s’efforce d’abord de donner au lecteur les clefs de compréhension des enjeux idéologiques profonds que masquent trop souvent au public l’outrance ou le caractère injurieux des « arguments » échangés. Dans la « nouvelle question laïque », Laurent Bouvet procède ainsi à une honnête et minutieuse analyse des versions dites « libérale » et « républicaine » de la laïcité pour en dégager les fondements.

« Défendre une politique républicaine de la laïcité suppose d’emprunter, dans cet espace civil, et donc dans le débat public, un chemin de crête, étroit et difficilement praticable, en se conformant au mot d’ordre de Ferdinand Buisson « ni capitulation, ni persécution ». » »De chaque coté en effet, il y a l’abîme ». Laurent BOUVET, « La nouvelle question laïque », 336 pages – Flammarion

L’auteur s’efforce ainsi de montrer que ces conceptions s’opposent selon la façon dont elles ordonnent les deux principes fondamentaux de la laïcité : liberté religieuse et liberté de conscience et dont elle conçoivent du rôle de l’Etat pour en assurer le respect. La forme libérale, s’apparente à la conception anglo-saxone de la laïcité. Elle place en premier la liberté religieuse, la liberté de pratique le culte. Et si elle tient à la neutralité de l’Etat, c’est certes pour contenir la religion dans la sphère privée mais aussi pour assurer la coexistence pacifique des religions dans la société et des modes de vie particuliers qui peuvent s’y attacher et donc arbitrer sur « les accommodements raisonnables » permettant cette coexistence pacifique.

La forme républicaine place en premier la liberté de conscience et par conséquent assigne à l’Etat outre un strict devoir de neutralité et le devoir de protéger l’individu de toute oppression religieuse ou communautaire. Cette conception suppose que la laïcité est un « combat militant» dans la société pour contrer toute assignation religieuse des individus (et notamment des élèves et des femmes) et cantonner les religions à la sphère privée afin de donner sa chance à l’émancipation par la citoyenneté.

Reste la conception laïciste tend à faire de la laïcité une identité et non un principe. Elle est le faux nez des défenseurs de l’héritage de la chrétienté et des identités traditionnelles contre l’islam vu comme une religion inassimilable. Pour Laurent Bouvet, co fondateur du Printemps républicain, la virulence aveuglante des polémiques autour de la question laïque trouve sa source au milieu des années 80. A cette époque renait en effet dans la société française la question identitaire. Portée d’un coté par l’inquiétude française face à l’immigration et son exploitation xénophobe par l’extrême droite que la question identitaire est aussi alimentée à gauche et à l’extrême gauche par l’influence grandissante d’une pensée communautarisme venue des milieux universitaires américains.

Ces sources n’ont de cesse, selon l’auteur d’instrumentaliser la Laïcité qui pour en faire un laïcisme et donner corps à la théorie du choc des civilisation, qui pour en forger une conception libérale, apparentée a conception anglo-saxonne de la laïcité. Laurent Bouvet défend ainsi la conception « républicaine » qu’il situe sur une « ligne de crête » à tenir coute que coute sous peine de sombrer dans l’une ou l’autre des versions « libérale » ou « laïciste ».

  • Jean Marc

    Excellent bouquin!