Les mystères du Grand Paris

« Grand angle sur les territoires ! » Novo Ideo porte son regard sur des projets originaux qui explorent les réalités locales.

Réécriture contemporaine et multimédia du roman d’Eugène Sue, le projet de feuilleton numérique des « Mystères du Grand Paris » souhaite dévoiler les transformations à l’œuvre dans Paris et de sa banlieue.

L’association qui porte cette initiative explique comment, à ses yeux, elle répond aux besoins des « urbains » qu’on leur parle différemment de leur environnement.

 

 Les Mystères du Grand Paris (MyGP) en quelques mots  Les MyGP cherchent à raconter les transformations à l’œuvre dans Paris et sa banlieue à travers l’élaboration d’un feuilleton numérique alimenté par de multiples artistes et créateurs. Créée en 2014, l’association qui porte le projet a confié à une direction artistique le soin de sélectionner des contributions dans différents champs de création (vidéo, photo, écriture…), à l’occasion d’appels à participation.  

 

Les Mystères de Paris, un révélateur du besoin de « récit urbain » ?

Au milieu du XIXème siècle, la publication du roman feuilleton des Mystères de Paris rencontre un succès stupéfiant. Au fil des semaines, les lecteurs découvrent Paris et ses faubourgs en suivant le parcours de Rodolphe.

La popularité de l’ouvrage d’Eugène Sue s’explique, certes, par le rythme haletant qu’il instaure. Mais il exerce surtout un effet de fascination sur le citadin qui, à cette époque, vit de plein fouet les prémices de la révolution industrielle et l’adaptation du tissu urbain à cette transformation.

Dans une période d’évolutions intenses, le récit urbain permet de s’approprier son environnement. Il offre des points d’ancrage à ceux qui sont submergés dans le maelström urbain.

En ce sens, les Mystères de Paris annoncent les chantiers d’Haussmann puis l’annexion des faubourgs par Paris, qui stabiliseront les dynamiques à l’œuvre en donnant un équilibre nouveau à la capitale.

  • Les Mystères du Grand Paris, un récit métropolitain

Si les Mystères du Grand Paris s’inscrivent dans cette filiation, c’est donc parce qu’ils considèrent que la transformation de la capitale est aujourd’hui considérable : de toutes parts elle s’adapte au mouvement mondial de métropolisation.

Changement des modes de vie, densification des centres urbains, dualisation sociale : autant de tendances décrites par de nombreux ouvrages, dont ceux de Saskia Sassen par exemple. L’émergence d’une « métropole du Grand Paris » ou du réseau de transport du « Grand Paris Express » ne sont que des aboutissements de cette marche en avant vers la métropole.

Dans ce contexte, le besoin de récit urbain se fait à nouveau sentir. Pour éviter de subir le mouvement qui amène la dilatation de Paris vers sa banlieue, il s’agit de le raconter.

  • Comment « déciller » l’urbain contemporain ?

Eugène Sue avait su toucher son lectorat à travers un roman feuilleton. Atteindre l’habitant des grandes villes du XXIème siècle exige de mobiliser d’autres modalités de diffusion.

Il s’agit de remettre l’urbain en contact avec ses sens, saturés de trop nombreux signaux. Lui rendre sa faculté d’écoute, d’émerveillement, d’indignation.

A cette fin, Les Mystères du Grand Paris souhaitent mobiliser la création littéraire et artistique au sens large : vidéo, audio, photo, écriture… Cette approche poétique et multimédia est la mieux à même de faire ouvrir les yeux à l’urbain contemporain, de lui faire découvrir ou redécouvrir Paris et sa banlieue, au-delà des clichés ou des propos journalistiques.

Enfin, les MyGP utiliseront internet comme vecteur de diffusion principal. Parce que l’urbain contemporain est prisonnier de son smartphone, il s’agit de le prendre à son propre piège ! Chaque semaine, le lecteur des Mystères recevra une contribution créative originale, brève, sur sa boite mail. De quoi composer, touche par touche, un nouvel univers mental de cette réalité urbaine finalement méconnue.