L’équilibre précaire des aéroports régionaux

DES AÉROPORTS SOUS PERFUSION

Les douze grands aéroports régionaux sont pour la plupart tout juste en équilibre financier alors que le nombre de passagers accueillis devrait leur permettre de dégager des profits. (?) les investissements (hors sécurité-sûreté) des grands aéroports régionaux donnent lieu dans tous les cas (à l’exception de Nice et de Bordeaux) à des subventions des collectivités territoriales. (?) Dans la quasi-totalité des cas, ces plates-formes au faible trafic ne dégagent pas un autofinancement positif en l’absence de subventions d’exploitation. La capacité d’endettement est très faible et les investissements sont très fréquemment financés prioritairement pas les subventions des collectivités territoriales.

Ces subventions dépassent dans plusieurs cas un montant de cent euros par passager et atteignent parfois des montants très élevés. Sauf en cas de profil de trafic atypique, ce constat conduit à s’interroger sur le maintien en activité de certaines plates-formes. (?)

UN DEVELOPPEMENT NON COORDONNE

La carte des aéroports français est le produit de l’histoire et d’initiatives dispersées plus que d’une politique affirmée. Il n’y a pas de « réseau » au sens d’organisation structurée répartissant la demande de transport aérien, celle-ci ne correspondant pas à l’organisation du transport aérien ni à la gestion de ses flux.

La décentralisation fait désormais reposer la responsabilité principale de la
rationalisation des infrastructures sur les collectivités territoriales. Leurs interventions multiformes ne procèdent pas pour l’heure d’une démarche coordonnée. Au surplus, le risque de requalification en « aides d’Etat » de certaines subventions doit inciter à plus de rigueur. Plus globalement, la définition d’une stratégie de gestion de la part des collectivités territoriales, nouvelles propriétaires de ces plates-formes, est désormais nécessaire.

Notre-Dame des Landes

Concernant l’aeroport de Nantes, la Cour soulignait que « les délais de prise en compte des dossiers d’insonorisation se sont allongés. » C’était en Juillet 2008.

De l’Intelligence Artificielle : la banque technologique #Episode 11

En discutant avec mon entourage (qui n’est pas forcément dans le digital), je me suis rendue compte que l’approche de ce sujet peut sembler parfois difficile, voir « terrorisant » car les articles semblent inaccessibles pour des novices. En créant ce blog, je souhaite partager mes recherches suite à mes propres questionnements, mais aussi, mes découvertes au travers de présentations d’entreprises innovantes sur l’Intelligence Artificielle.

Direction le 1er arrondissement. Arrêt au 31 avenue de l’Opéra où une entreprise française innovante est implantée : OneWealthPlace.

OneWealthPlace est une jeune start-up qui apporte de nouvelles solutions dans le domaine de la gestion d’actifs et de fortune.

Comment?

Au travers de solutions digitales disruptives, OneWealthPlace propose aux banques et aux gérants de nouvelles possibilités pour répondre aux attentes des clients en proposant des plateformes interactives et efficaces.

L’équipe OneWealthPlace, composée d’experts en gestion de fortune, gestion d’actifs, finance de marché et logiciels financiers, a étudié dans les moindres détails les différentes problématiques que conseillers et clients peuvent rencontrer. Les produits, basés sur des expériences réelles et des idées innovantes, sont en totale adéquation avec les exigences actuelles en matière de digitalisation et en réelle corrélation avec les évolutions dans ce secteur d’activité.

OneWealthPlace a développé une large gamme de produits par le biaisde son outil AIR (Analytics Intelligent Robotics).

Par exemple …

+ AIR Wealth : Une nouvelle vision de la banque privée.

Grâce au Machine Learning, la plateforme AIR Wealth prédit les comportements des clients, leurs besoins et leurs attentes et permet au conseiller de saisir plus d’opportunités. Le conseiller possède une vision 360° de chaque client, lui permettant ainsi de bénéficier de conseils personnalisés.

OneWealthPlace s’adapte aux nouveaux comportements clients en visant l’Omni-channel A.T.A.W.A.D (Any Time, Any Where, Any Device).

La priorisation intelligente permet une optimisation de temps pour le conseiller car les tâches seront hiérarchisées selon le niveau de priorité. Rassurez-vous, toutes les données sont cryptées, permettant aux clients de stocker leurs documents importants de manière sécurisée. Sur le plan fonctionnel, il est tout à fait possible de rajouter des modules sans aucune difficulté et de les intégrer à tout CRM déjà implanté.

En résumé, un outil simple et fonctionnel permettant aux banques privées de répondre plus précisément aux attentes clients.

+ AIR Fund : La plateforme de distribution de fonds collaborative basée sur la technologie Blockchain.

OneWealthPlace s’attaque à la distribution de fonds en créant une plateforme collaborative où les gérants d’actifs auront le pouvoir. En échange de leurs données, les gérants pourront mutualiser leurs coûts, simplifier les échanges avec leurs partenaires et surtout accéder aux informations concernant les distributeurs et leurs clients afin d’améliorer leur distribution.

La technologie Blockchain permet une décentralisation des processus et une sécurisation de toutes les données relatives aux fonds.

Du 100% Digital. Bilan : une distribution facilitée et des coûts diminués.

OneWealthPlace, par son analyse approfondie du marché, a su décliner des produits performants, efficaces et particulièrement fonctionnels. Cette entreprise ouvre de nouveaux horizons dans ce secteur qui a besoin de suivre les envies, les attentes de ses clients. De plus, cela fait toujours plaisir lorsqu’une entreprise française se montre aussi innovante sur le marché.

Je vous invite à découvrir les autres outils : www.onewealthplace.com

MEMO

#Mémo du jour : Dans le milieu financier, nous nous orientons de plus en plus vers la fintech (finance technologie). Le Machine Learning propose des solutions adaptées à nos besoins et bien plus ciblées. En tant qu’utilisateur, ce que nous recherchons, c’est être compris, et pour les conseillers, il s’agit d’une façon de travailler avec un minimum de stress