Pistes pour produire et acheter de manière plus responsable

– à l’échelle individuelle, privilégier les matières biologiques et le commerce équitable, les petits détaillants, les artisan-nes, plutôt que la production de masse et la grande distribution;

– privilégier des achats durables plutôt que le gaspillage et les produits de mauvaise qualité, tout en réduisant sa consommation globale;

– signer la pétition « liquidation totale » du Collectif l’Ethique sur l’étiquette http://www.ethique-sur-etiquette.org/spip.php?article79;

– initier et mettre en ?uvre une politique d’achat éthique dans les entreprises et les collectivités locales – il existe aujourd’hui des vêtements de travail et des tee-shirts personnalisables bio et équitables disponibles en très grande quantité;

– promouvoir le commerce équitable et, à Paris tout spécialement, organiser des parcours valorisant les boutiques de mode « éthique »;

– à l’échelle européenne, instaurer une taxe carbone et une taxe sur les produits textile importés ne répondant pas aux exigences de l’OIT concernant les droits fondamentaux des salarié-es, une taxe qui pourrait être reversée à un futur fonds mondial de sécurité sociale;

– à l’échelle nationale et/ou européenne, réfléchir à un étiquetage plus complet (un « Fabriqué en France » reflétant la réalité de la production, le bilan carbone/nombre de kilomètres parcourus par le vêtement et ses composants, le salaire mensuel le plus bas dans la chaîne de production, par exemple);

– et enfin, comme toutes autres activités multinationales, mieux réguler, contrôler et sanctionner les activités des multinationales qui enfreignent le droit de l’environnement et les droits humains fondamentaux, via notamment une Task force internationale qui pourrait intervenir en appui des pays et/ou des organisations de la société civile.