Grand angle Novo Ideo 1/2

« Pompidou-Metz : levez les voiles ! »

Grand angle – Novo Ideo

Le « chapeau chinois » de l’architecte Shigeru Ban en impose.

Tendue à partir d’un axe central, sa structure modulaire en fibre de verre translucide s’inscrit paisiblement dans cette ancienne friche de cinquante hectares. En lisière du cœur de ville, ce samedi du mois de mai, on accède au « Pompidou » de Metz par des voies encore peu lisibles. Au sortir des tunnels de la gare ou en entrant par le parc de la Seille, le visiteur est quelque peu bousculé, entre les flux de circulation automobile et des abords du Centre en travaux. Une fois passés les portiques d’entrée sans file d’attente, on vient se renseigner auprès de l’employé du café du rez-de-chaussée. Toujours disponible. Puis, on se dirige vers la rétrospective consacrée à Tania Mouraud. Sans bousculade.

Ses créateurs ont voulu un espace d’ouverture vers l’Allemagne et le Bénélux. Après le pic de fréquentation de son année d’ouverture (près de 800 000 entrées), Pompidou-Metz reste avant tout un joyau régional dont les visiteurs (350 000 en 2014[1]), sont originaires à 70% de Lorraine. Mais cela bouge. Au hasard des rues qui jouxtent la cathédrale aux vastes verrières gothiques, il n’est plus rare de croiser des bus remplis d’asiatiques venus voir « la lanterne du bon Dieu ».