Prévenir et éduquer

Expertise et indépendance

Quand on aura réglé les questions majeures et graves de l’indépendance de l’expertise, de la rigueur scientifique de l’information, de la formation et de la recherche médicale, de la protection des lanceurs d’alerte, alors restera encore à poser sérieusement la question de l’application du principe de précaution en matière de santé et à mener une réflexion technique et éthique pour limiter les risques de l’utilisation de nouvelles thérapeutiques, d’autant plus si celles-ci ne concernent pas des maladies particulièrement graves?

Plus généralement, l’affaire du Médiator prouve tragiquement que la logique ultralibérale ne peut pas suffire à répondre aux besoins collectifs de la population. En matière de santé, l’acharnement idéologique dans ce domaine est particulièrement coupable parce qu’il a des conséquences dramatiques et sacrifie des vies.

L’État et les politiques ont à se réapproprier une capacité d’intervention sérieuse dans le domaine de la santé, en se dégageant de l’influence de l’industrie pharmaceutique.

Il s’agit de mettre en place une politique de santé moderne, limitant la surconsommation de soins inutiles ou dangereux, pour développer une véritable politique de prévention orientée vers l’éducation pour la santé et la protection de l’environnement.